Découvrez ici nos propositions

A. Augmenter la présence de personnel dans les stations

Davantage de personnel dans les stations problématiques et aux heures difficiles permet d’assurer un contrôle social et de réduire les frais occasionnés par les vandales, les fraudeurs et les auteurs de dépôts clandestins.

Comme dans beaucoup d’autres villes, le personnel sera présent dans toutes les stations à l’avenir, à commencer par les arrêts difficiles. Cela augmente le sentiment de sécurité, produit un effet dissuasif pour l’abus des portillons, les urineurs sauvages et les auteurs de dépôts clandestins. Le personnel doit effectivement sanctionner les écarts de conduite. Il doit aider les voyageurs qui se perdent dans la signalisation ou lorsque les escalators ou les portillons sont défectueux.

Un personnel présent constitue un service de base et permet d’économiser sur les frais occasionnés par les actes de vandalisme (200.000€/an) ou par des escalators ou des ascenseurs défectueux (7,5 millions €/an, 80% des pannes sont dues au vandalisme).

B. Investir dans une infrastructure moderne

Adaptons les stations de métro bruxelloises au 21e siècle par le biais d’une signalisation intelligente, d’un aménagement agréable, de suffisamment d’éclairage, de facilités pour les cyclistes et de toilettes publiques dans les stations très fréquentées.

A Londres, 1 station sur 3 dispose de toilettes. A Bruxelles, 1 sur 20. Il faut donc également davantage de toilettes publiques à Bruxelles. Les voyageurs seront informés par des panneaux centraux, affichant les horaires de départ et des plans du réseau de métro, à des endroits centraux dans les stations de transit. Rénovons les stations poussiéreuses et sombres. Prévoyons suffisamment de bancs confortables et de poubelles. Faisons disparaître rapidement les câbles lâchés et les traces de vandalisme. Les cyclistes doivent se sentir les bienvenus. Les travaux dans les stations doivent être mieux encadrés afin d’éviter le chaos et la saleté, des panneaux d’information temporaires ou de l’art peuvent camoufler la vue.

C. Relier le métro avec la ville et les Bruxellois

Utilisons les espaces vides de manière originale, installons des zones wifi dans toutes les stations et demandons l’avis des voyageurs via une app.

Développons une app qui permet aux voyageurs de signaler facilement les défectuosités – escalator en panne, graffiti, signalisation confuse –aux stations de métro. Les problèmes seront réglés plus rapidement et les voyageurs s’engagent pour le réseau de métro. Un réseau de métro moderne prévoit des zones Wifi dans toutes les stations.

Le réseau de métro est le prolongement de la rue, alors faites vibrer la ville ici également. Nous pouvons organiser des concerts et des soirées dans les espaces vides ou encore des expositions. Installons des espaces où les sans-abri peuvent se laver et se reposer. Les nombreux espaces commerciaux abandonnés, comme dans les stations Gare centrale ou Albert, seront occupés par des magasins de qualité.